Warning: mysqli::mysqli(): Headers and client library minor version mismatch. Headers:100608 Library:30303 in /home2/phire/public_html/photos/include/dblayer/functions_mysqli.inc.php on line 52
Culture Vélo / Cyclo Camping / 2019-05 Aller retour chez les Panardos / 2019-05-09 : Ranville -> Sainte-Mère-Eglise

Accueil / Culture Vélo / Cyclo Camping / 2019-05 Aller retour chez les Panardos / 2019-05-09 : Ranville -> Sainte-Mère-Eglise 25

Après une bonne nuit (pendant laquelle il a pas mal plu), je me prépare, sur les tables à disposition du camping, un solide petit déjeuner avec mon réchaud d'amour : 4 oeufs et le reste des poivrons de la veille. Je finis ce petit déjeuner sous une légère bruine.
Je subirai pendant toute la journée (100km), un bon vent de face, annoncé à 50 km/h. Les 20 km effectués en rab la veille seront les bienvenus.
A Luc-sur-Mère, un tout petit marché (1 charcutier et 1 fruits et légumes). Le charcutier a vraiment une bonne tête/look (vieux gauchiste), je fais demi-tour et je m'arrête. Ces étiquettes sont marrantes (je pensais avoir pris une photo ...) : pour le paté au calva c'est "Je connais une polonaise qui en prend au petit déjeuner"). Je lui prends du taboulé et du poulet en geléé au citron pour mon déjeuner et du chorizo normand et du saucisson frais à l'ail pour amener chez Fred & Ophélie. Le tout s'avèrera délicieux.
Nonobstant le vent, la route est agréable, j'ai régulièrement vue sur la mer et ses beaux immédiats abords.
Je déjeune rapidement sur un parking delimités de beaux gabions à Arromanches.
Nous avions prévu avec Fred de nous retrouver à Isigny, mais porté par le vent (il a fait du 45km/h dans une ligne droite), nous nous retrouvons à Formigny.
Nous roulons de concert jusqu'à Isigny-Sainte-Mère, où nous achetons une grosse et délicieuse brioche abricot-noisettes à laquelle nous faisons un sort.
Fred repart en éclaireur pour ne pas être trop tard en camping.
Dans la ligne droite (et plate) sus mentionnée, en me battant avec mon vélo, j'atteins à peine le 11km/h.
La traversée de Carentan est un peu pénible, c'est l'heure de sortie du travail.
Entre Carentan et Sainte-Mère, la route m'est connue, le soleil est revenu, ça sent l'écurie, cela devient moins pénible.
J'arrive au camping de Fred et Ophélie, où je suis acceuilli comme un roi et pourrai dormir dans un vrai lit.